Comment internet a changé l’identité du soi : Médias sociaux
Éducation
3 août 2022

Comment internet a changé l’identité du soi : Médias sociaux

Photo de l'auteur de l'article Imperfect
Imperfect
Partenaire de contenu

Imperfect Studios est une organisation à but non lucratif dont la mission est de donner un renouveau à la santé mentale et d'ouvrir la voie vers un avenir numérique plus inclusif. Et ça, ça en fait le partenaire idéal pour notre troisième article de notre série sur la façon dont internet a changé à peu près tout et notre santé mentale ne fait pas exception. Cet article est le premier d'une minisérie d'Imperfect Studios écrite pour normaliser davantage l'imperfection et l'acceptation.

L'équipe de Imperfect Studios est actuellement composée de milléniaux allant de (pour utiliser l'échelle de temps de la technologie d'enregistrement vidéo) pré-streaming "DVD-natifs" 📀 à la vieille école "VHS-natifs". Bien que nous ayons tous été initiés à Instagram à différentes phases de la vie, nous avons tous observé les suggestions irréalistes de ce qui constitue la santé et la forme physique qui découlent éternellement de l'application. Grâce à l'aide d'influenceurs et des entreprises qui les parrainent, le concept du style de vie idéal a été porté à des sommets sans précédent et irréalisables ; un instantané de la vie organisé et édité (pensez à un Photoshop IRL). La conversation autour de l'impact des médias sociaux sur la société, popularisée par des films tels que The Social Dilemma, est désormais un élément tellement essentiel de l'air du temps qu'il est presque trivial de souligner les méfaits de ces plateformes. Nous nous sommes associés à oxio pour vous proposer cette série de blogs où nous allons au-delà du mème bien connu "Instagram rend les adolescents anorexiques" (pas pour minimiser ce problème, mais plutôt pour l'élargir) et explorons ce que nous savons d'autre sur les effets du web2 sur nos cerveaux, esprits et identités.

Les impacts négatifs des médias sociaux sur notre santé mentale collective sont connus depuis longtemps et, au cours des dernières années, la conversation a pris un nouvel élan. Le documentaire très regardé The Social Dilemma (2020) et les documents internes de Facebook recueillis par la lanceuse d'alerte Frances Haugen ont apporté un nouvel éclairage sur une inquiétude grandissante depuis la naissance du média. The Social Dilemma a révélé, à travers les témoignages d'anciens employés d'entreprises comme Google, Twitter, Instagram et Facebook, à quel point la manipulation du comportement humain est intentionnellement intégrée dans les algorithmes des plateformes (Girish, 2020). Mais ce n'est que lorsque Haugen a partagé des documents internes de l'entreprise avec le monde que nous, les utilisateurs des médias sociaux, avons vraiment pris conscience à quel point la manipulation de Facebook était calculée.

Les documents, publiés pour la première fois dans les Facebook Files du Washington Post, révèlent que les hauts dirigeants, dont Mark Zuckerberg, savent exactement le mal qui est commis contre les utilisateurs de la plateforme, en particulier les jeunes filles, et qu’ils ont choisi de l'ignorer. Et si c'est l'histoire de Facebook, il est plausible que la situation soit similaire avec d'autres entreprises de médias sociaux avec des modèles commerciaux similaires.

L'enquête du WSJ a révélé que les cadres supérieurs étaient bien conscients des effets négatifs de la plateforme et n'ont rien fait pour les éliminer (Horwitz, 2021). L'impact négatif de Facebook le plus largement cité est peut-être son effet néfaste sur les adolescentes. Des documents de recherche internes au sein d'Instagram, qui appartient à Facebook, montrent que la plateforme a un fort effet négatif sur la santé mentale des adolescentes, en particulier en ce qui concerne les problèmes d'image corporelle (Wells et al., 2021). Selon des recherches internes, Instagram peut aggraver « les problèmes d'image corporelle pour une adolescente sur trois » (Wells et al., 2021). Cela a été attribué au fait que l'application Instagram se concentre davantage sur le corps entier et le style de vie par rapport à d'autres applications, comme TikTok, qui se concentrent sur les performances (Wells et al., 2021).

En prenant un peu de recul, il existe un nombre croissant de recherches sur l'utilisation excessive des sites de réseaux sociaux (SRS) et sa corrélation avec une mauvaise santé mentale en général et des risques accrus d'une variété de résultats négatifs plus spécifiques dans toutes les catégories de diagnostic (méta-analyse par Huang, 2017). En plus des recherches ci-dessus sur les troubles de l'alimentation, plusieurs autres méta-analyses (dont Huang, 2017 & Yoon et al., 2019) montrent que le temps passé et la fréquence de vérification des SNS sont positivement corrélés à la sévérité des symptômes dépressifs. On observe que l'utilisation élevée des SRS est corrélée à l'anxiété et à la « détresse psychologique » en général (Keles et al., 2020), à l'intensité de la consommation et à la dépendance à l'alcool (Frost & Rickwood, 2017; Curtis et al., 2018), au bien-être général (Schmuck et al., 2019) et à l’anxiété sociale et la solitude (Darcin, 2016).

Il est intéressant d'examiner le classique de l’oeuf ou la poule en ce qui concerne la corrélation entre l'utilisation des SRS et la santé mentale. L'utilisation excessive des SRS conduit-elle à la dépression ou les personnes déprimées sont-elles plus susceptibles d'adopter ce comportement ? Il semble probable que les deux voies causales fonctionnent simultanément dans une boucle de rétroaction autorenforçante, mais, à petites doses, des boucles de rétroaction plus positives peuvent être possibles. Par exemple, Nesi (2020) a interrogé des adolescents et a constaté que 81 % ont déclaré se sentir « plus connectés à leurs amis, et ont cité d'autres avantages d'un engagement social modéré en ligne, tels que l’exploration identitaire et l’expression créative » (Nesi, 2020). Ces types de résultats prédisent une santé mentale plus robuste, car les liens sociaux et l'acceptation de soi sont connus pour augmenter la résilience aux facteurs de stress physiques et mentaux (Ozbay et al., 2007).

Bien que les Facebook Files confirment des soupçons de longue date et des études bien documentées concernant le lien entre les problèmes de santé mentale et l'utilisation des médias sociaux, il est important de déterminer si les résultats négatifs sont dus à la technologie elle-même ou à la manière dont la technologie est utilisée. Les résultats révèlent que les soi-disant « défauts » de la plateforme ne sont pas du tout des défauts, mais plutôt une caractéristique inhérente à la conception du produit. En intégrant des études issues de la psychologie comportementale dans leurs plateformes (pour plus d'informations, lisez Hooked de Nir Eyal), ces entreprises garantissent pratiquement que leur contenu est addictif. En fait, des études montrent que l'utilisation compulsive des médias sociaux et la toxicomanie déclenchent des réponses neurologiques similaires dans le cerveau (Association canadienne pour la santé mentale, 2016). Il est bien connu que le prédicteur le plus fiable du niveau d'engagement d'un message est l'intensité émotionnelle qu'il évoque. En raison de l'amoralité des algorithmes des médias sociaux, la nature de l'expérience émotionnelle n'a aucune incidence sur l'ampleur de la promotion d'un message. Cela signifie, par exemple, que les messages inspirant des sentiments d'amour et ceux qui inspirent des sentiments de haine sont également « valorisés » en termes de promotion sur les plateformes de Meta. Bien que les résultats varient en fonction du contenu spécifique, l'intensité et la nature des réactions émotionnelles peuvent conduire à des résultats plus ou moins souhaitables dans le monde réel (Schöne, 2021). Étant donné que le contenu négatif se propage plus rapidement que le contenu positif, ces entreprises profitent littéralement du fait que nous nous sentons imparfaits.

Oui, la recherche soutient la corrélation entre les médias sociaux et les résultats négatifs en matière de santé mentale. Mais vous n'aviez probablement pas besoin de la recherche, n'est-ce pas? Nous savons tous qu'avec suffisamment de « doom scrolling », chacun de nous finira par tomber sur un message qui nous fait nous ressentir quelque chose 😓. Nous sommes tous des créatures sociales et, à l'ère d'internet, très probablement tous des utilisateurs de SRS. La technologie n'est qu'un moyen, un moyen pour atteindre une fin, et la fin fondamentale du SRS est de faciliter la communication multimédia entre ses utilisateurs à travers le temps et l'espace. Une « bonne » plateforme de réseau social (avec laquelle les utilisateurs s'engageront) devrait par définition susciter une réponse émotionnelle (RIP Google+). Cependant, au lieu de nous concentrer sur des mesures (durée de la session, engagement, etc.) qui, nous le savons, conduisent à des résultats négatifs, nous devrions nous concentrer sur les aspects positifs et consacrer des ressources à la création de plateformes et de fonctionnalités optimisées pour ces résultats positifs.

Inscrivez-vous à l’infolettre d’oxio pour rester au courant des prochains articles de cette série explorant la relation entre la technologie et la santé mentale. Nous explorerons des sujets tels que les fausses nouvelles, la masculinité toxique, les biais algorithmiques et l'avenir de la santé mentale sur le Web3. Visitez le site web de Imperfect Studios pour en savoir plus sur leur organisation ou vous impliquer.

Imperfect Studios (et bien sûr tout le monde chez oxio) voudrait remercier : Jonathan Glickman (PhD), éditeur. Thea Koper, autrice. @boiparanoid, artiste, "No Like No Life." Oh et Nicholas Lighter, fondateur et directeur créatif d’Imperfect Studios (et gars plutôt cool en général). Merci!

Sources

Curtis, B. L., Lookatch, S. J., Ramo, D. E., McKay, J. R., Feinn, R. S., & Kranzler, H. R. (2018). Meta‐analysis of the association of alcohol‐related social media use with alcohol consumption and alcohol‐related problems in adolescents and young adults. Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 42(6), 978-986.

Enez Darcin, A., Kose, S., Noyan, C. O., Nurmedov, S., Yılmaz, O., & Dilbaz, N. (2016). Smartphone addiction and its relationship with social anxiety and loneliness. Behaviour & Information Technology, 35(7), 520-525.

Eyal, N. (2014). Hooked: How to build habit-forming products. Penguin.

Faelens, L., Hoorelbeke, K., Cambier, R., van Put, J., Van de Putte, E., De Raedt, R., & Koster, E. H. (2021). The relationship between Instagram use and indicators of mental health: A systematic review. Computers in Human Behavior Reports, 4, 100121.

Frost, R. L., & Rickwood, D. J. (2017). A systematic review of the mental health outcomes associated with Facebook use. Computers in Human Behavior, 76, 576-600.

Girish, D. (2020). "The social dilemma” review: unplug and run. The New York Times, 9.

Horwitz, J. (2021). Who is Facebook whistleblower Frances Haugen? What to know after her Senate testimony; A look at the former Facebook employee who gathered documents that formed the foundation of the Journal’s Facebook Files series. The Wall Street Journal.

Huang, C. (2017). Time spent on social network sites and psychological well-being: A meta-analysis. Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 20(6), 346-354.

Keles, B., McCrae, N., & Grealish, A. (2020). A systematic review: the influence of social media on depression, anxiety and psychological distress in adolescents. International Journal of Adolescence and Youth, 25(1), 79-93.

Nesi, J. (2020). The impact of social media on youth mental health: Challenges and opportunities. NCMJ, 81, 2, pp. 116-121.

Ozbay, F., Johnson, D. C., Dimoulas, E., Morgan III, C. A., Charney, D., & Southwick, S. (2007). Social support and resilience to stress: from neurobiology to clinical practice. Psychiatry (Edgmont), 4(5), 35.

Schmuck, D., Karsay, K., Matthes, J., & Stevic, A. (2019). “Looking Up and Feeling Down”. The influence of mobile social networking site use on upward social comparison, self-esteem, and well-being of adult smartphone users. Telematics and informatics, 42, 101240.

Schöne, J. P., Parkinson, B., & Goldenberg, A. (2021). Negativity spreads more than positivity on Twitter after both positive and negative political situations. Affective Science, 2(4), 379-390.

Social Media and Mental Health Series: Part 1 (2013).. Ontario: Canadian Mental Health Association. Retrieved from: https://ontario.cmha.ca/wp-content/uploads/2019/05/Social-Media-Report-Part-1.pdf

Wells, G., Horwitz, J., & Seetharaman, D. (2021). Facebook knows Instagram is toxic for teen girls, company documents show. The Wall Street Journal.

Photo de l'auteur de l'article Imperfect
Imperfect
Partenaire de contenu

On est là pour partager l’internet.

On aime l’internet parce que c’est su’a coche. Et notre infolettre en est la preuve. Inscrivez-vous pour rester à jour sur tout ce qui entoure l’internet (dont nous).