Pourquoi on révèle d’où viennent les prix de nos forfaits.
Transparence
23 février 2022

Pourquoi on révèle d’où viennent les prix de nos forfaits.

Photo de l'auteur de l'article Danilo Tubic
Danilo Tubic
Rédacteur

Bon. On ne va pas faire semblant que la viabilité d’une entreprise n’est pas un de ses facteurs décisionnels les plus importants.

Toutes les compagnies roulent avec du profit. Même chose pour oxio. Même chose pour toutes les grosses télécoms. C’est pareil partout, ça.

Par contre, quand ces quelques entreprises pancanadiennes se font des montagnes de cash en offrant un service essentiel (ou qui devrait être essentiel) à des prix exorbitants et que personne ne comprend pourquoi il y a encore et toujours des augmentations annuelles sur leur facture internet, il y a quelque chose qui cloche. (Ouf, grosse phrase.)

Nous, on veut changer ça, parce que ça n’a juste aucun bon sens de continuer dans cette direction-là.

Dans une société où être responsable et honnête est mis de l’avant, on veut que les entreprises en télécommunications ne soient plus reconnues pour leur opacité. On s’est dit que pour commencer, on ferait quelque chose que tout le monde pourrait apprécier: expliquer pourquoi nos forfaits coûtent ce qu’ils coûtent.

Quand on y pense, ça devrait être la norme.

Le contexte.

En 2019, le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) a décidé d’obliger les grands joueurs comme Bell, Vidéotron, Cogeco, Rogers, Shaw, etc. à réduire les tarifs chargés aux fournisseurs internet indépendants (comme nous) pour l’accès à leur réseau. Cette décision-là représentait un pas important vers la baisse du prix des forfaits internet pour la clientèle canadienne (c’est vous et moi ça!) qui soit dit en passant est reconnue dans le monde parmi celles qui les paient le plus cher1.

Les grands joueurs ont porté la décision en appel dès sa sortie en 2019, évidemment. L’appel a été perdu et le dossier s’est rendu jusqu’à la Cour suprême du Canada pour y être également refusé. Les fournisseurs indépendants de service avaient enfin gagné. On était content en maudit!

Maaaaiiiiissssss, pourtant, la décision a été entièrement annulée à l’été 2021 dans une volte-face surprise du CRTC.

…plus content du tout.

Depuis le changement d’idée du CRTC, on est aux prises avec des tarifs d’accès au réseau encore plus hauts qu’avant. Sachant qu’on allait devoir augmenter le prix de nos forfaits pour les futurs clients, on a conçu et dévoilé en août 2021 notre module de transparence.

C’est notre façon à nous de vous éduquer à propos du fonctionnement des fournisseurs internet. Parce qu’on veut que les Canadiennes et Canadiens comprennent où leur argent va et pourquoi leurs forfaits sont si dispendieux. Parce que l’opacité du monde des télécommunications est un problème depuis toujours. Parce qu’on est les seuls à s’y attaquer de façon concrète.

C’est quoi le module de transparence?

Pour voir le module de transparence dans toute son interactivité, c'est juste ici. Sinon, en voici une image juste un peu moins interactive.

On sait que le jargon, ça endort, mais ça permet d’éclairer le fonctionnement du module.

En bref, les données mensuelles présentées dans ce tableau sont des estimations des coûts et des profits lorsqu’amortis sur une période de 5 ans. En réalité, notre coût initial d’activation varie environ entre 315$ et 350$ et nos premiers profits sont après environ 24 mois seulement.

Moins en bref, lorsqu’on dit qu’on est « dans l’obligation de monter nos prix », c’est pour une seule et unique raison. Vous devriez vous en souvenir, on a commencé avec elle tout à l’heure : la viabilité de l’entreprise.

Si un client est abonné avec nous pendant 5 ans avec le forfait à 30 Mbit/s, on fait environ 210$ de profit. S’il est avec nous pendant 3 ans, on fait environ 70$ de profit. S’il est avec nous pendant 2 ans, on en fait 0$.

Dans le cas d’oxio, on vise une rentabilité des investissements d'environ 24 mois. On veut donc être en mesure de rembourser les coûts initiaux d’activation d’un client durant cette période. En d’autres termes, toute marge engendrée par la vente d’un forfait internet ne rapporte pas un seul dollar à oxio avant que le client n’ait passé deux ans avec nous. Un client ne génère ainsi du profit qu’après 2 ans.

La marge, c’est l’argent qui nous revient une fois que le coût de l’accès au réseau est payé. Cette marge est ensuite utilisée pour payer les salaires, la logistique, les équipements et le marketing. Ce qui reste ensuite, c’est le profit.

Le coût de l’accès au réseau, lui, est déterminé en partie par les grands joueurs qui sont les propriétaires des infrastructures de réseau. Puisque le gouvernement a subventionné une bonne partie de ces infrastructures, le CRTC force les grands joueurs à laisser les fournisseurs indépendants les utiliser pour permettre une concurrence dans le marché. C’est également le CRTC qui détermine combien les grands joueurs peuvent charger pour l’accès à leur infrastructure. C’est donc un coût inévitable qui représente la majeure partie du coût de nos forfaits internet.

Si vous avez sauté toute cette section, la chose la plus intéressante à retenir, c’est que le profit qu’on fait sur les différentes vitesses est sensiblement le même! Contrairement à d’autres télécoms qu’on ne nommera pas (tousse tousse), on n’a pas intérêt à pousser nos clients à prendre le forfait le plus dispendieux. Ou, comme ils le disent, « la plus haute vitesse ever ». Payez seulement pour ce que vous avez besoin, car, de toute façon, ça revient à la même chose pour nous.

Pourquoi expliquer tout ça?

Notre but premier, c’est de donner l’accès à l’égalité d’opportunités qu’apporte l’internet.

Et l’argent, c’est un thème qui est toujours très floué. Inconfortable, parfois. Désagréable, souvent.

Alors quand les Canadiens et Canadiennes veulent un forfait internet et que leurs options sont toutes plus chères que presque partout ailleurs dans le monde2, c’est normal de se sentir entourloupé (pour ne pas dire crossé). On veut aider à expliquer pourquoi c’est comme ça. Pas le justifier, mais bien le décortiquer.

L’oligopole des grands joueurs comme Vidéotron, Bell, Rogers, Cogeco, etc. est un détriment à la vie de tout le monde. Il n’y a pas une seule personne qui est contente de payer cher pour son internet, surtout que notre existence va de plus en plus vers le monde numérique (et que la pandémie a prouvé que c’est là pour de bon).

Donc quand les hauts prix sont causés par une Commission qui est pas mal moins objective qu’elle devrait l’être, par de grands joueurs qui empochent à la pelletée parce qu’ils ont la protection des institutions, et que l’industrie des télécoms en entier est d’une opacité telle qu’on n’y voit pas le bout de son nez, c’est normal de ne pas comprendre à quel point on est dans une situation fâcheuse.

Plus le nombre de personnes qui sont au courant des excès qui imprègnent l’industrie des télécoms est élevé, plus il y a de chances que ça change.

Venez en jaser avec nous sur Facebook, Discord et Reddit.

Article rédigé par Danilo T. en plus de Francis C., Marc-André C., Jérôme C.-M., Caroline D. et David P.

Photo de l'auteur de l'article Danilo Tubic
Danilo Tubic
Rédacteur

On est là pour partager l’internet.

On aime l’internet parce que c’est su’a coche. Et notre infolettre en est la preuve. Inscrivez-vous pour rester à jour sur tout ce qui entoure l’internet (dont nous).