Les maisons intelligentes, c’est pour qui? Peut-être pas vous.
Éducation
22 août 2022

Les maisons intelligentes, c’est pour qui? Peut-être pas vous.

Photo de l'auteur de l'article David Purkis
David Purkis
Responsable marque & comm

Francis, notre Directeur des télécoms et cofondateur, me montre le trou sous son lave-vaisselle. À part un peu de poussière, pas grand-chose à y voir, sauf la petite rondelle blanche qui a l’air d’être tombée là par accident.

« Et ça, c’est le sensor qui ferme les valves si jamais y’a un dégât d’eau dans la cuisine. »

Je tourne la tête, délaissant notre appel vidéo pour lancer un regard en biais au haut-parleur de ma cuisine, « Nest 8261 ». Après six bogues où il s’est remis à zéro sans que je lui demande, j’ai arrêté de le renommer.

« Et en plus, le solénoïde de l’entrée d’eau fonctionne sur un circuit fermé géré par mon AppleTV branché à une batterie de secours. Comme ça, même si le courant lâche, pas de risques d’inondation! »

On n’est pas tous comme Francis. Ça fait plusieurs années qu’il ajoute progressivement de nouvelles automatisations dans sa maison, ayant commencé avec juste 6 en 2017 et en roulant plus de 130 aujourd’hui. C’est un peu ça son conseil à quiconque veut se lancer dans le domaine de la domotique :

« Une fois que l’infrastructure est en place, ajouter une ampoule ici ou un senseur là, c’est vraiment facile. »

De mon côté, j’ai deux haut-parleurs Google Nest Mini et ils me cassent déjà tellement les pieds avec leurs bogues incessants que j’arrive pas à me lancer dans l’automatisation de ma maison. Ça m’a l’air d’être beaucoup de trouble pour de petites améliorations à mon quotidien dont je n’ai pas réellement besoin.

Est-ce que ça serait cool que mes rideaux ouvrent graduellement pendant les quelques minutes avant que mon alarme sonne (question de rendre tout ça moins difficile)? Oui, c’est sûr! Est-ce qu’avoir toutes les lumières de mon appartement qui se tamisent d’un coup quand je commence un film serait pratique? Ben oui, pourquoi pas. Et est-ce que je me sentirais plus en sécurité si je pouvais en tout temps vérifier sur mon téléphone si j’ai bel et bien éteint le four et barré la porte? Évidemment! (Ok, la porte, c’est moyen, j’ai pas grand-chose à me faire voler à part ledit four et les Nest Mini (et ils ne me manqueraient pas tant que ça).)

Mais c’est là qu’on entrevoit la réalité des maisons intelligentes: elles sont modulaires et adaptables et, au final, pas pour tout le monde.

La barrière à l’entrée.

C’est Francis qui m’a fait remarquer que la plupart des gens commencent leurs péripéties domotiques avec des lumières. Une bande LED pour la porte du balcon, une ampoule de couleur variable pour la lecture de soir, un projecteur pour des bains optimalement relaxants, etc. C’est pas trop cher (même si plusieurs dizaines de dollars par ampoule peut être considéré comme complètement ridicule) et ça s’organise facilement avec une application sur son téléphone et des commandes vocales pour son assistante préférée (Alexa, Siri, Google, Cortana (lol) et autres).

Une fois que le tout est ajusté et fonctionnel, on a déjà une compréhension de base qui s’est installée. Rajouter ensuite une caméra qui donne sur le stationnement devient relativement simple. On installe, on branche, on app (nouveau verbe), et tada! Après, si on veut se lancer dans les hubs, les protocoles, la compatibilité open-source et les batteries de secours, c’est à voir.

Mais… pourquoi?

Oh, vous l’aviez pas vu venir celle-là, hein? C’est toujours de grosses questions les « pourquois ». Ça peut rapidement découler en une cascade de pourquois qui culmine en un « parce que, bon là là, lâche-moi ». Donc dans notre cas, pourquoi ajouter de l’intelligence à sa maison? En fait, pour commencer…

Qu’est-ce qu’une maison intelligente?

Le fil conducteur (pour ne pas dire d’Ariane) des définitions en ligne indique qu’une maison intelligente (qui utilise la domotique) a des appareils, équipements, etc. qui communiquent entre eux et avec l’usager par l’internet. Je sais que c’est incroyablement vague, mais je pense que ça réussit à englober toutes les possibilités.

Est-ce que mon thermostat que je peux programmer avec des cycles de fin de semaine ou ma laveuse que je peux démarrer une heure avant mon retour à la maison sont des objets intelligents? Ignorant le fait que je suis en appartement et que je travaille de mon salon, la réponse semble être non. Si le thermostat est connecté à mon écosystème Google Home par wifi et que ma laveuse m'envoie un courriel quand elle a fini, là, ce serait oui.

Maintenant qu’on est tous sur la même longueur d’onde, revenons à nos moutons philosophes:

Pourquoi rendre son chez-soi intelligent?

Dans mon cas, je voudrais que mes haut-parleurs se synchronisent pour que toutes les pièces de ma maison résonnent en même temps. Francis, lui, voulait avoir une vue sur son stationnement de rue en cas d’accident. David, mon collègue qui a si aimablement traduit cet article en anglais, adorait son thermostat Nest qui apprenait avec le temps ses préférences de température. Et internet est rempli de gens qui comptent sur l’automatisation d’actions liées aux lumières, chauffage, ventilation, etc. pour sauver de l’argent.

Alors, si on tente de diviser les utilisateurs de la maison intelligente en quelques catégories qui ignorent l’unicité des gens dans le but de faire un article relativement compact, on pourrait y aller comme ci :

  • Le confort;
  • La sécurité;
  • Le divertissement;
  • L’économie.

Mais attention, ce n’est pas parce que la sécurité est importante pour vous que vous faites une mauvaise job en n’ayant pas de caméras dans tous les coins. C’est pas ça qu’on veut dire. Mais, par contre, si vous êtes intéressé à pousser un peu plus loin une de ces sphères, il y a moyen de le faire avec la domotique.

Malgré ça…

Est-ce que la domotique c’est pour vous?

Il faut en venir à l’évidence : les maisons intelligentes ne sont toujours pas parfaites. Loin de là même.

Comme mes haut-parleurs qui se reset à tout bout de champ sans que j’aie mon mot à dire, la fiabilité des appareils, des hubs, des protocoles et des fabricants est encore boiteuse1. Pour l’instant, plusieurs compagnies utilisent leurs propres systèmes pour permettre à leurs appareils de fonctionner, ce qui rend l’intégration avec d’autres appareils d’une difficulté exaspérante.

Il y a aussi les questions de coût. Cette montagne de bidules et de logiciels, ça coûte cher à la longue (et même dès le début)! Ce n’est pas tout le monde qui est prêt à siphonner son argent d’épicerie pour avoir une ambiance relax dans son atelier de peinture.

Et si vous êtes en appartement, vous allez vouloir partir avec vos bidules! Si vous vendez une demeure, les prochains proprios gagneront-ils à avoir une maison intelligente? Est-ce que ça devient un argument de vente2 ou est-ce plutôt un détriment de par son idiosyncrasie3?

Il y a le double tranchant de la sécurité, également. Si on s’achète une caméra pour surveiller son entrée, il faut accepter que ce ne sont pas tous les fabricants qui mettent l’accent sur la sécurité des appareils eux-mêmes. Une connexion peut être piratée et, tout d’un coup, c’est nous qui sommes sous surveillance. Est-ce qu’avoir une caméra à l’intérieur pour voir son animal de compagnie devient un risque? Faudrait-il s’assurer de ne rien faire de compromettant devant sa propre caméra, au cas où? (C’est pas vrai que je mets des pantalons à 32°C.) Des études démontrent déjà combien le fait d’être surveillé tend à augmenter l’anxiété, car le sentiment de vie privée est rompu4,5,6,7. Alors, est-ce qu’en voulant être plus sécuritaire pour réduire son anxiété, on se tire une balle dans le pied?

Et qu’est-ce qu’il se passe avec l’obsolescence programmée (ou même accidentelle)? Beaucoup d’utilisateurs de forums répètent haut et fort qu’un appareil intelligent qui requiert le serveur nuagique d’une compagnie quelconque n’est qu’un futur presse-papier. On ne peut jamais prévoir quelle compagnie disparaîtra et réduira notre haut-parleur à un simple bibelot décoratif lorsque ses serveurs seront fermés.

Et si la Matrice se manifeste, chaque appareil devient un petit soldat cherchant à vous capturer dans votre sommeil! Bon ok, je niaise, mais la quantité de données qu’on donne gratuitement aux GAFAMs (ou autres mégacorporations) en échange d’un peu de confort, sécurité, divertissement ou économie peut être vue comme déroutante. Avec les scandales de fuites d’information à la Facebook8 se multipliant sans arrêt, il faut réfléchir à deux fois avant d’inviter encore plus de surveillance dans son quotidien.

Mais malgré ça, il y a quand même du bon.

Le protocole Matter, issu d’un accord et d’une coalition entre les grandes compagnies de tech, pourrait bien faire un excellent pas dans la bonne direction9. Il permettrait à TOUTES les compagnies de créer leurs appareils avec le même protocole, pour que tout devienne interconnectable. Ça en réglerait des problèmes, mais il reste encore à voir comment son adoption (et même son lancement) va se passer.

Ensuite, certains producteurs se sont arrimés au besoin de fournir une expérience intime sans mettre en danger la vie privée. Le HomeKit d’Apple est encrypté et ses données ne sont accessibles qu’à l’utilisateur (mais il y a toujours des risques10). Plusieurs haut-parleurs possèdent des interrupteurs physiques pour couper leur micro (dont toute la suite de Google Nest). On peut donc s’équiper sans pour autant offrir ses données à tout le monde.

Aussi, la couche de sécurité supplémentaire offerte par les capteurs, les caméras et les enregistrements est indéniable. C’en est à un point tel que les compagnies d’assurance offrent de meilleurs prix pour les demeures sécurisées par la domotique11. Ça veut dire que ça doit faire pencher les statistiques à quelque part!

Et, au final, le confort et le plaisir qu’on retire d’une maison qui nous est uniquement adaptée avec ses gadgets et connexions personnellement choisis peut en valoir la chandelle. J’aime bien ça avoir la musique dans le salon et la cuisine.

Alors, est-ce pour vous?

« On s’entend, c’est ben beau tout ça, mais ça a été le bordel à configurer. Quand ça marche, c’est magique. Quand ça marche pas, c’est problématique. »

Alors peut-être sentez-vous comme moi que la maison intelligente est un concept intéressant, mais pas assez mature et, donc, instable et trop compliqué. Ou, en réalité, peut-être voyez-vous ce que Francis a accompli et vous êtes tenté de rajouter un peu de personnalité à votre chez-vous.

Peu importe ce que vous en pensez, c’est la bonne réponse. Les maisons intelligentes sont uniques à chacun et personne d’autre que vous ne peut vous dire si c’est pour vous. Cet article ne sert pas à vous dire quoi penser, mais simplement à vous laisser découvrir ce que vous en pensez.

La quantité hallucinante d’exemples de domotique utilisée provient en majeure partie de r/HomeAutomation et r/HomeAssistant. Et un gros merci à Francis Carreau, le cofondateur d’oxio, pour son temps et ses connaissances (qui sont massives, en passant). Eeeeeet aussi à David Purkis pour son excellente adaptation en anglais.

Photo de l'auteur de l'article David Purkis
David Purkis
Responsable marque & comm

On est là pour partager l’internet.

On aime l’internet parce que c’est su’a coche. Et notre infolettre en est la preuve. Inscrivez-vous pour rester à jour sur tout ce qui entoure l’internet (dont nous).